Game day [6]

 

Enfin, jour de match!! Je me suis bien préparé toute la semaine, avec les kinés la récup’ à base de bains de glace etc… mais ughhhh j’ai les jambes lourdes. J’ai beau m’étirer, les entraînements au Packers Dome me fatigue. Je vous ai pas dis, mais durant la spring season, le premier mois et demi, il est interdit de s’entraîner avec le ballon plus de deux heures par semaine. C’est la raison pour laquelle on court autant et on fait beaucoup de musculation. C’est une règle de la NCAA qui ne peut être enfreinte. Je sais, c’est bizarre quand on joue au foot de ne pas pouvoir toucher le ballon mais bon… les règles sont les règles coco.

Bref, je discute avec Audi Jepson le n*10 natif de Green Bay et un très bon collègue autant footballistiquement que dans la vie en générale. Il me dit « Are you ready to kill it ? » je lui réponds « Bro… I am tired af, dead ass » je me crois un peu trop américain avec tout leur slang, mais je veux vraiment m’intégrer malgré mon accent ahaha. J’ai vite compris que tout le monde était épuisé, et la veille de match n’a pas aidé. Pour être franc, cette partie devrait être un peu plus compréhensible pour les personnes familières aux règles du football.

img_0663
Entraînement au Packers Dome

Après avoir souffert jeudi avec des bons 15 »/ 15 » sur 30 yards. On a passé 1h15 à travaillé les corners et les touches le vendredi, vous imaginez que c’est chill… mais pas du tout! Chaque incompréhension était punie collectivement. Coach B. avait aussi son typique “ workout “ du vendredi. À la fin de cet entraînement, on effectue un exercice de pompes et abdos qui prends un temps fou. Alors c’est 30 pompes, 30 abdos de face ensuite 29 pompes, 29 abdos de face… et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on descendent à 0. Je vous dis sincèrement, avant un match, c’était la pire préparation possible. Le coach nous annonce aussi qu’il ne sera pas présent, je me dis «  il se fout de la gueule du monde??! Premier match et il s’absente ?? » il faut savoir que le coach touche environ 6000$ par mois (Oui around 72,000$ par an pour s’occuper d’une équipe de jeunes… incroyable!) donc il peut quand même faire l’effort d’être là. Il a ses raisons j’imagine.

Du coup on pars en direction de Madison, la capitale du Wisconsin. Très belle ville, avec le capitole, et aussi grosse ville universitaire. Après 20 min dans leur centre d’entraînement j’ai pu apercevoir un nombre impressionnant de filles magnifiques, un paradis pour n’importe quel jeune garçon. Mais oh oh.. faut pas se détourner de l’objectif principal, le match! Concentrez-vous, vous aussi lol! On jouait dans le indoor dome de leur équipe de football américain à cause du froid. Alala, tellement de moyens dans ce pays c’est fou!

MadisonWisconsin-image
Le Wisconsin State Capitol à Madison
9002-94_3425jp
Le Dome des Wisconsin-Madison Badgers où nous jouons

En amont du match le coach m’explique que je vais débuter titulaire sur le flanc gauche… je suis attaquant axiale mais pas de chichi hein! On joue en 4-3-3, en essayant de faire jouer l’adversaire dans l’axe grâce à un système de pression permanent. Déjà, comment veut-il qu’on presse tout le match avec notre état physique? Le problème majeur c’est qu’on arrive avec 14 joueurs, dont deux gardiens (s’entraîner comme on le faisait a provoqué beaucoup de blessures) l’équipe adverse avait deux équipes. Dès le coup d’envoi, on constate qu’ils sont prêt. Ils courent à gauche à droite, on est asphyxié. En plus de cela, ils ont un bon petit public qui ne se gênait pas de chambrer. J’adore ça, mais quand on se fait balader, c’est plus aussi sympa!

On s’en sort avec un but pris à la mi-temps. Clairement je n’ai pas les jambes, je passe mon adversaire en 1v1 mais le rattaper sur ses montées offensives c’est compliqué au fure et à mesure. Je fais quelques gri-gri, je créer une action de but qui finit sur le poteau mais à la 60’ je suis cuit. Quelle déception, après avoir pris soin de moi pour ne pas me blesser et passé du temps à préparer ce match grâce à la vidéo, j’ai pas les moyens physique pour faire ce que je veux faire. On tient 1-0 jusqu’à la 70’, ensuite ils mettent la deuxième équipe et là plus d’illusions, on craque. 4-0. On se dit tous « Merde, il va nous faire courir encore plus lundi!!! » On reprend notre bus, on s’arrête pour récupérer nos pizzas… En France jamais on m’avait offert de pizza à la fin d’un match, mais ici peu importe où l’on va, c’est toujours pizza/Gatorade souvent fromage ou pepperoni. C’est leur culture comme je dis hein. D’ailleurs des Gatorade, il y a des dizaines de goûts différents.

hotnready-pepperoni-pizza-400x285
Little caesars pepperoni pizza, ou une catastrophe calorique
gatorade
Vous pouvez observer les différentecouleurs

On arrive sur Green Bay lessivé physiquement et mentalement… et vous savez quoi? Ce soir là c’est aussi les «  after hours » une soirée organisée par l’école elle même (On dirait qu’on fait que sortir, non ?! ) & malgré la défaite, toute l’équipe était prête pour cet événement qui va avoir des conséquences facheuses. Mais ça, c’est dans le prochain article à suivre…

Lexique

ughhhh: équivalent de  » roooooh  »

« Are you ready to kill it ? » : T’es prêt à tout déchirer ?

« Bro… I am tired af, dead ass » : Fréro… je suis trop fatigué, sérieusement

chill : tranquille

around : autour de

15 »/ 15 » : Faire la plus grande distance possible sur un tempo de 3 minutes en le fractionnant en 15 »/ 15 »

30 yards : 27 mètres


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s